Savanes:Restauration durable des terres et des écosystèmes des zones semi-arides au cœur d’un atelier à Dapaong

Dans le but de contribuer à l’amélioration de la gestion et la restauration durable des terres dégradées et la biodiversité, un atelier réunit une cinquantaine d’acteurs locaux du secteur de l’environnement et de l’agriculture, de la société civile, du secteur privé et des partenaires au développement à l’hôtel Dapaong ce vendredi 02 février 2023.

Cette rencontre qui s’inscrit dans le cadre du projet de gestion durable des terres et des écosystèmes des zones semi-arides du Nord du Togo (GDTE) présente 4 composantes. Il s’agit entre autres du renforcement des capacités institutionnelles pour la mise en œuvre efficace en matière de neutralité de la dégradation des terres et la 2 ème concerne la restauration des terres par des actions de reboisement et de fertilisation.

La photo de famille

La 3 ème composante est relative à l’amélioration des moyens de subsistance économique par la création et la promotion des activités génératrices de revenus au profit des communautés vulnérables et enfin la gestion des connaissances et le suivi évaluation et la capitalisation des actions après le projet.

Ainsi, le présent projet vise concrètement à améliorer la gestion et la restauration durable des terres en vue de parvenir à la neutralité de la dégradation des sols. Cela implique des moyens de subsistance agropastoraux et une biodiversité d’importance mondiale dans les régions des savanes et Kara.

Les participants à l’atelier

Ce projet est très capital parce qu’il embrasse beaucoup de choses, d’abord il va permettre la restauration des terres,il va permettre la restauration de la biodiversité et derrière ça va permettre un partenariat entre les différents acteurs qu’il soit du secteur privé ou de la société civile.

Abiziou, chef programme assainissement et environnement à PNUD

Le préfet de Tône Tchimbiandja Yendoukoa Douti ouvrant les travaux a exprimé sa reconnaissance au fonds de l’Environnement Mondiale (FEM) et du PNUD pour leur efforts dans la lutte contre la dégradation des terres . Il a indiqué que la dégradation des terres constitue un danger majeur dans la région des savanes et a émis le vœu que les acteurs entreprennent des actions adéquates et concertées pour endiguer ce phénomène.

Article précédent

Savanes:Des chefs d’établissements d’ETFP outillés sur la gestion de l’administration du personnel, la délégation du pouvoir et la maîtrise du système suivi et évaluation axée sur les résultats

article suivant

Cinkassé : les autorités traditionnelles et locales s’outillent sur leurs rôles et responsabilités contenus dans le code foncier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.