Savanes: des acteurs de développement à l’école de la gouvernance participative

Lancé il y a quelques mois, le projet de renforcement de la société civile pour la promotion de la gouvernance participative entre dans sa phase d’opérationnalisation. Ainsi dans le but d’outiller les acteurs de développement sur les questions des droits humains, un atelier s’est tenu au centre pastoral Mon Seigneur Hanrion de Dapaong.

Ainsi, durant deux jours de formation ces acteurs composés des maires, des conseillers municipaux, la société civile seront formés sur le thème programmation basée sur les droits humains, les droits des enfants et des jeunes, le genre et l’inclusion au niveau de la commune sens et importance. Dorénavant, les élus locaux doivent intégrer les questions de droits humains et toutes ses spécificités dans le processus de développement communal. Par ailleurs, toutes les questions de développement dans leurs initiatives devraient renforcer la démocratie locale en respectant les droits humains

Pour ce  faire, les points permettront aux participants de comprendre la notion des droits humains et ses specificités telles que les droits des enfants, les droits des femmes ou encore ceux des personnes handicapées. Se faisant le projet aura le mérite de mettre fin aux inégalités sociales pour une société beaucoup plus juste et équitable.

Mme Reyanatt Mamadou Touré, coordonatrice du projet gouvernance participative, les droits humains est une question importante pour la mise en œuvre de ce projet. « Qui parle de gouvernance participative parle aussi des droits, il faut commencer le projet proprement dit par une formation des droits humains » a d’abord déclaré la coordonatrice avant de poursuivre en ces termes « c’est parce qu’on cherche à attendre les droits humains que la décentralisation existe »

Ouvrant les travaux ce lundi au nom du préfet de tone , Piréné Essowè ,Secrétaire Général a salué la pertinence de cette formation. Le numéro 2 de la préfecture de Tone a indiqué que la loi oblige les autorités locales à impliquer les populations dans le processus de gouvernance locale

Article précédent

Savanes : Renforcement de capacités des femmes rurales à la résilience sociale et économique

article suivant

Football: Foadan en Assemblée Générale élective le 13 aout prochain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.