Lutter contre le phénomène de désinformation: des jeunes de Tône et de kpendjal-ouest en formation à kara

 La désinformation et les “fake news” prennent une ampleur de plus en plus importante dans notre vie quotidienne, ampleur encore exacerbée par l’omniprésence des téléphones portables et des réseaux sociaux au point de compromettre les valeurs sociales déjà fragiles dans la région des savanes.Conscients des risques qu’un tel phénomène présente au sein des communautés, des jeunes acteurs venus de la préfecture de tône et de kpendjal-ouest suivent un atelier de formation depuis ce lundi 20 mai 2024 à l’hôtel Meka de kara sur la lutte contre la désinformation.

Cet atelier de renforcement de capacités qui regroupe une trentaine de jeunes est composé des leaders des jeunes communautaires et des médias. La formation initiée par l’association Centre d’Observation et d’Analyse du Web (COAWEB) avec le soutien de l’Agence des États-Unis pour le Développement International USAID à travers le Programme Régional d’Appui aux Pays Côtiers (PRAPC) vise à outiller ces acteurs de premier plan à disposer des techniques de vérification ,de l’exactitude des informations avant de partager les contenus dans les médias sociaux.

Au cours de cette formation qui va durer 4 jours au cours , les participants vont pourvoir cerner la nuance entre la désinformation, la mésinformation et la mal-information. Que ce soit la satire, les liens erronés, les contenus trompeurs ou encore les faux contextes, les contenus fallacieux, manipulés ou fabriqués entre autres.Outre, il s’agira surtout également de sensibiliser les acteurs sur les stratégies de réponse à la désinformation à travers les outils et techniques de vérification des informations.

La cérémonie d’ouverture des travaux  s’est déroulée en présence du représentant résident de l’USAID au Togo, Kyle SEELEY. Dans son propos, il n’a pas caché son espoir qu’au terme du présent atelier, les participants puissent impacter leurs communautés en étant des promoteurs des informations non seulement vraies mais fiables et mais aussi des défenseurs de lutte contre les fausses informations.

La formation est animée par les spécialistes issus de l’Association Centre d’Observation et d’Analyse du Web (COAWEB). À l’entame des travaux, le formateur principal Noël Kokou Tadegnon a insisté sur l’importance du présent atelier dans le contexte d’insécurité dans laquelle se trouve la partie septentrionale du Togo.

Article précédent

Urbanisation:La commune de tône 1 dispose désormais de son schéma directeur

article suivant

Savanes:La Croix-Rouge Togolaise présente les activités liées à l’appel d’urgence

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *